La maison-sculpture d’Angleur, œuvre de Jacques Gillet


Dans Le magazine Pôle muséal et culturel
André Rouelle & Xavier Van Rooyen

VeroniqueGillet1968À la poursuite des espaces en mouvement, le soleil court sur les parois et vient éclairer les heures du séjour dans ce qui pour elle est l’habitation. Ailleurs ce sont des maisons différentes. Ne comprenant pas l’étonnement des amies de passage, elle voit son intérieur comme allant de soi. Véronique, fille de Yvan Gillet (frère de Jacques), pratique la guitare, un instrument qui ne la quittera plus. Elle sait que depuis 1963, son papa discute du projet, qu’il faudra attendre au moins quatre années avant de voir les premières actions sur le terrain. Entretemps, ce seront des maquettes, des dessins et puis encore des maquettes et des dessins. La construction débute en 1967 mais ne sera livrée qu’en 1969.

 

Quatre zones – parents, enfants, bureau et enfin cuisine et repas – sont unifiées par des chemins de communications dans lesquels on peut courir et s’amuser car le sol du sous-bois se retrouve dans la maison. Beaucoup de monde a participé au chantier, Félix Roulin, René Greisch, des étudiants comme concepteurs-constructeurs. Puis, plus tard, ce sont des visiteurs ébahis. Tous les acteurs du projet ressentent l’émotion d’être partie prenante d’une aventure singulière.

plan

Vivre dans ces formes voyageuses, c’est entrer dans un univers fantastique, stimulant et interrogateur. Les pièces ont perdu leur statut traditionnel, elles deviennent des « poches habitées ». La notion d’abri protecteur change de nature, la rupture entre dedans et dehors fait place à une continuité entre intérieur et extérieur. Le projet s’oppose aux formes standardisées de l’époque. L’espace, le corps et l’esprit sont conviés à une expérience spatiale inédite : habiter une maison-sculpture.

 

feraillage

 

La performance tient au fait – alors même qu’un permis d’urbanisme a été introduit avec plans, coupes et élévations – que la construction s’est faite au départ de dessins schématiques produits par le trio architecte-ingénieur-sculpteur. Le ferraillage de la grille métallique est soutenu par de grossiers étançons sur lequel sera projeté du béton par gunitage. La construction est artisanale et peut sembler hasardeuse. Mais l’allure, selon Jacques Gillet, doit être tonique, les bordures tendues et globalement, les formes en perpétuel mouvement. L’architecte cherche à faire percevoir des relations au sein d’une structure spatiale maîtrisée. Il propose une architecture ouverte, capable de s’adapter aux changements. L’unité du langage formel et l’emploi de matériau brut, confèrent à l’ensemble une valeur de milieu de vie tel un instant spatial dans un environnement beaucoup plus large.

Avec cette démarche, le processus du projet est continu. Il commence avec le voyage de Jacques Gillet aux États-Unis où il rencontre Bruce Goff (1963). Il se poursuit ensuite, jusque dans les expériences actuelles d’un bâtiment qui est devenu le bureau de l’ingénieur Vincent Servais. Le projet est toujours en évolution, tant son potentiel émotionnel et son ouverture spatiale à d’autres fonctions que celle de la maison de la famille Gillet touchent l’être des individus qui le fréquentent.

André Rouelle & Xavier Van Rooyen

Le fonds Jacques Gillet

Les collections du GAR-Archives d'Architecture 

 

Les auteurs

Xavier Van Rooyen est architecte praticien, enseignant à la faculté d’architecture et polytechnique de l'UMons et chercheur invité à la TU Delft.
André Rouelle est architecte et a été enseignant à la Faculté d'Architecture de l'ULiège.

André Rouelle et Xavier Van Rooyen ont été commissaires de l'exposition et dirigé l'ouvrage "Jaques Gillet. Architagogue du fantastique" (2022)

maison sculpture jacques gillet

 

Les illustrations

 Maquette de la maison-sculpture, sculpteur Félix Roulin, sans date. GAR-Archives d’architecture ULiège.
Véronique Gillet jouant de la guitare, 1968. Archives famille Gillet.
Plan de la maison-sculpture, vers 1967. GAR-Archives d’architecture ULiège.
Treillis métalliques, vers 1967. Archives famille Gillet.
Maison-sculpture de Jacques Gillet.

Partager cet article